every kind of architecture

Olivier JOST
architecte - DPLG


2/1, rue Franklin
59370 Mons-en-Baroeul

tel/fax 03 20 863439

contact SPAM @ SPAM ekoa.fr

Olivier JOST
architecte - DPLG

2/1, rue Franklin
59370 Mons-en-Baroeul

tel/fax 03 20 86 34 39
contact@ekoa.fr

n° d’inscription à l’ordre des architectes:
national: S10414
régional: rhoS01107



SARL à associé unique au capital de 6000€
N° SIRET: 482 134 806 000 41 RCS LILLE MÉTROPOLE




Crédits:
Conception du site internet :
especedespace, www.especedespace.com

Développement du site internet :
Audrey Delécolle, www.codika.fr

L’agence EKOA, créée par Olivier JOST, a commencé son activité en 2005 sur des petits projets extensions, maisons individuelles, bâtiments de bureaux neufs ou en réhabilitation, puis a ouvert son champs de compétences sur de projet de logements collectif et équipements publics.

Nous revendiquons la curiosité, la variété des projets abordés comme vecteurs de richesse créative. 
Notre approche généraliste du projet cherche à intégrer toutes ses contraintes dès l’esquisse, pour qu’elles deviennent arguments de projet. Elle réside dans la recherche d’une intention de projet simple et lisible, en tant qu’outil de dessin du projet.
La confrontation du projet à la réalité du chantier est pour nous essentielle, l’acte de construire constitue l’aboutissement de notre métier d’architecte et est une source d’enrichissement technique pour concevoir les projets plus efficacement.

conception architecturale
Nous regardons le projet du côté de l’utilisateur, analysons ses besoins, pour associer les plus contradictoires dans un projet architectural cohérent et lisible. Le design proposé répond avant tout au programme, cherche à dépasser celui-ci dans la recherche d’une cohérence globale du projet. La forme du projet n’est pas une recherche de nouveauté en tant que telle, elle résulte des données primaires du projet: l’utilisateur au sens large, de la qualité des espaces,  la qualité environnementale, la durabilité , l’économie de la construction et de l’entretien, ou encore l’image que le bâtiment dégage.
C’est pourquoi nous prônons la diversité des projets, des matériaux employés, des techniques utilisées, quitte à réapprendre notre métier à chaque fois. Pour cela, le travail d’équipe nous importe beaucoup, nous multiplions les échanges avec nos maîtres d’ouvrage, les bureaux d’études, les entreprises... pour obtenir un bâtiment fonctionnel, durable, un lieu à vivre.
A l’opposé d’une l’architecture-spectacle, nous revendiquons une architecture raisonnée, dont la qualité repose sur le confort apporté aux utilisateurs, qu’il soit fonctionnel, spatial, ou visuel.

maîtrise d’oeuvre - OPC
Notre activité a débuté par de la conduction de travaux. Aujourd’hui, nous abordons nos projets dès l’esquisse sous l’angle de sa constructibilité, la mise en oeuvre du projet devenant ainsi un vecteur de création architecturale et formelle.
La construction est l’aboutissement du projet architectural, sa finalité. Nous accordons la plus grande importance à la gestion de chantier, avec un soin tout particulier apporté aux détails.

réhabilitation
Les projets de réhabilitation sont un axe important de notre activité. Notre expérience du travail sur des bâtiments existant s’est faite par des projets de diverses échelles, de la maison individuelle à la reconversion de bâtiments industriels. Cet axe s’inscrit dans notre logique de développement durable, la réhabilitation d’un bâtiment étant la plupart du temps moins consommatrice qu’une démolition/reconstruction.

développement durable
Nous portons notre attention depuis le début de notre activité sur les aspects du développement durable dans la construction. Cette motivation trouve aujourd’hui un écho de plus en plus marqué dans les demandes des Maîtres d’Ouvrage, qu’ils soient situés en sites urbains denses ou en sites plus ruraux.
Cette conviction que le bilan environnemental d’un bâtiment se joue depuis son étude jusqu’à la vie prochaine de tous ses matériaux, à travers une volonté affirmée dès l’élaboration du programme, nous guide dans notre démarche de conception architecturale.
Comment concilier la création de nouvelles surfaces d’habitat, de bureaux, de commerces, d’activité, avec l’entrée dans une logique d’impact positif sur l’environnement? C’est bien là que l’architecte peut, par l’apport d’énergie grise, apporter au maître d’ouvrage les solutions adaptées.

 

Olivier JOST
Architecte DPLG
Gérant associé unique
36 ans

Parcours Personnel

2013
Réhabilitation d’une ancienne fabrique de meuble en agence d’architecture à Mons-en-Baroeul.

2010
Formation: « Architecture, Territoires et Développement Durable » par l’OUCASE, organisé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille.

2008/2009
Rénovation lourde d’une maison individuelle – Conception/Maîtrise d’œuvre/Travaux.

2005
Création de la société d’architecture EKOA, en tant que gérant associé unique.

2005
Prix de la Jeune Architecture de la Ville de Lyon 2003-2004, catégorie «Patrimoine et Réhabilitation» pour le projet de diplôme.

2004
Obtention du diplôme d’Architecte D.P.L.G. à l’Ecole d’Architecture de Lyon, sous la direction de M. BARANESS, Architecte, et de Mme HATZFELD, Sociologue. «R.V.I. Production et Diffusion», traitant de l’investissement de la friche Renault Véhicules Industriels, à Lyon. Mention très bien avec félicitations du jury.

2003
Co-responsable de la scénographie des «3èmes Rencontres du Cadre de Ville», événement de concertation sur l’espace urbain. Mise aux normes de sécurité et aménagement de 5000m² d’une usine en friche pour la réception de public pendant 3 jours.LYON (Rhône), friche R.V.I.

2003-2005
Organisation et scénographie de plusieurs concerts et événements musicaux à Lyon et Grenoble.

Projets

2015
Construction d’un cabinet paramédical de rééducation aquatique (chantier en cours)

2014-2015
Maison du Projet de la Lainière, Roubaix/Wattrelos, architecte mandataire (Carlos ARROYO architecte associé) Lauréat-chantier en cours

2012-2015
Médiathèque, Auchy-lez-Orchies. Lauréat-chantier en cours.

2011-2013
Lille Quartiers Anciens, réhabilitation de logements insalubres, Lille. 24 immeubles en mission PC ou mission complète

2011-2012
Maisons MV, Archamps. 2 maisons livrées

2011-2014
Centre d’Entretien Routier, Trélon. Architecte associé (JL HORNEZ mandataire) Travaux en cours

2010-2014
Parking Silo de la Plaine Images, Roubaix, ZAC de l’Union. Architecte associé (De Alzua + mandataire). Livré.

2006 - 2012
projets neuf et réhabilitation, de logements individuels, extensions, logements collectifs, bureaux, espaces commerciaux, études diverses

2006 - 2012
concours équipements (collège, EHPAD), urbanisme, appels à projets

Informatique

Maîtrise sur plate-formes Mac et Windows des logiciels ArchiCAD, AutoCAD, Word, Excel, Photoshop, Illustrator, InDesign, Acrobat,...


Stéphane SIMON

Architecte DPLG
Architecte collaborateur
37 ans

Parcours Personnel

2010
Formation: « Architecture, Territoires et Développement Durable » par l’OUCASE, organisé à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille.

2008
Formation Accessibilité PMR – organisme de formation professionnelle OPHELIE.

2007
Obtention du diplôme d’architecte DPLG avec mention très bien. Délivré par l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille. Le thème abordé était les délaissés autoroutier en milieu urbain. Direction M. Philippe LOUGUET, architecte, et M. Dominique DEHAIS,   plasticien.

1998
Entrée à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Lille.

1998
Obtention du baccalauréat section Arts Appliqués au lycée Louis THILLIER


Parcours Professionnel


2009/20--
Actuellement en CDI au sein de l’agence EKOA à Lille au poste d’architecte.

Opérations de logements, bureaux et équipements, neuf et réhabilitation, phases Esquisse à AOR. Missions de maîtrise d’oeuvre. Chantiers de démolition.

2009
CDD au sein de l’agence EKOA à Lille au poste d’architecte.

Opérations de logements et bureaux, phases Esquisse à PRO 6 mois

2006
CDI au sein de la SARL Ar_Tek à Lille au poste d’architecte 27 mois

Nombreuses missions en tout genre du particulier au public. De la phase esquisse au suivi de chantier. Nombreux relevés, conception, permis de construire, DCE, relation avec la clientèle.

2006
CDD au sein du cabinet Toni VELGE Architecte à Armentières, au poste de dessinateur/projeteur 6 mois

Nombreuses missions en tout genre du particulier au public. De la phase esquisse au DCE.

2005
CDD pour la mairie de Calais 6 mois

Travail en collaboration avec le cabinet de Patrick BOUCHAIN et Loïc JULIENNE sur la réalisation du clos couvert d’un pavillon pour le

CHANNEL (scène nationale). Parution dans la revue AMC n°177 de mars 2008.

2004
Organisateur au sein de l’équipe de l’EASA 8 mois

Du 26 Juillet au 8 Août 2004, La Condition Publique accueillait l’édition #24 des rencontres européennes des étudiants en architecture. Pendant 15 jours, quelques 500 architectes et professionnels, acteurs de la recherche architecturale et artistique en provenance de plus de 40 pays européen se sont donné rendez-vous à Roubaix, autour de la thématique générique «Métropolitain, Micropolitain »

2003
Participation à l’EASA au Danemark 15 jours

Atelier de travail, conférences sur le thème du développement durable.

 
Informatique

 
Maîtrise sur plates-formes windows et Mac des logiciels Archicad, Autocad, Photoshop, In Design, Open office et notions d’Illustrator, Sketch-up.

MAISON DU PROJET DE LA LAINIÈRE

Wattrelos/Roubaix (59) - 2016

bâtiment en démarche Cradle to Cradle (C2C inspired®)

 

Roubaix/Wattrelos (59) - 505 m² SDP
Maîtrise d’ouvrage SEM Ville Renouvelée
Architecte cotraitant/conception: Carlos ARROYO Arquitectos (Madrid)
B.E.T. HQE: TRIBU-Marc TOUTIN / BET TCE-Economiste: SOGETI Ingénierie
Assistance Mapitrise d’Ouvrage C2C: Latéral Thinking Factory/EPEA Paris
images: Simon Clause
Consultation sur Intention architecturale: Lauréat
Montant des travaux : 892 000 € HT (compris mobilier)
2014-2016

en savoir +fermer

Le projet est le premier bâtiment du site La Lainière - Pennel et Flipo - Peignage Amédée, futur Parc du 21ème Siècle de la Métropole Européenne de Lille. A ce titre,  il s’inscrit dans la démarche Cradle to Cradle (C2C inspired®), outils de conception et plateforme d’innovation de l’économie circulaire à impact positif. Les matériaux doivent être sains pour l’humain et conçus soit pour retourner à l’écosystème, soit être réutilisés. Le C2C considère le développement durable non plus comme une contrainte mais comme une opportunité pour innover.

Le projet prend place sur un site au fort patrimoine historique cependant aujourd’hui démoli et offrant peu d’accroches physiques. Par quelques signes architecturaux, il rappelle ce souvenir et évoque ces formes architecturales disparues, en une interprétation contemporaine.

La Maison du Projet et des Service est constituée de fondations métalliques, d’une structure en bois brute, et est couverte d’une toiture transparente. La façade, fermée d’une paroi en polycarbonate, est un jeu de trames et de reflets et d’ombres portées laissant deviner l’ossature alvéolaire en bois.

La répartition des espaces est flexible, presque industrielle. Chaque espace peut prendre une fonction différente selon l’ajout de « supermeubles » mobiles : bureaux, vestiaires, cuisine, lampadaires, etc. Une salle de réunion gonflable peut être déployées au besoin,sous-espace dédié aux réunions ou aux expositions. La Maison du Projet est mutable, tout peut être démonté et remonté ailleurs, les composants sont réemployables, les matériaux sont recyclables. L’eau est collectée, et stockée dans une mare, espace dédié à la biodiversité sur cet ancien site industriel.

MÉDIATHÈQUE

Auchy-lez-Orchies (59) - 2016

Construction d’une médiathèque de 220m2

Auchy-lez-Orchies (59-Nord) - 220 m² SDP
Maîtrise d’ouvrage Mairie de Auchy-lez-Orchies
Equipe: BECT: BET TCE, économiste, OPC
images : Simon Clause
Travaux: 474 150,00 € HT
2012-2016

en savoir +fermer

Nous avons répondu à l’appel à candidature pour la construction de la médiathèque de Auchy-lez-Orchies, se disant qu’une candidature de notre petite agence en nom propre avait une chance d’aboutir pour un équipement de cette échelle. C’était pour nous l’occasion d’étudier de nouveaux usages, d’accompagner une petite commune en comprenant les enjeux d’un tel investissement financier et culturel. Nous avons étés sélectionnés! La présentation du projet à la mairie nous a conforté dans cette idée que l’architecte porte et partage le projet avec tous les acteurs du projet.


D’un point de vue architectural, nous nous sommes posés deux questions très simples:
«Comment concilier une bonne visibilité du bâtiment depuis la rue, un stationnement automobile et un jardin aux dimensions optimisée?» et «Comment le jardin peut-il à la fois offrir un caractère d’intimité, à l’image de celui de la Mairie, et être visible et attrayant depuis la rue?»


Afin de proposer une perméabilité visuelle et physique entre la rue et le jardin, le projet se présente comme un kiosque largement vitré, protégé par un auvent couvrant le passage vers le jardin. Sous cet abri, la médiathèque est le pavillon d’entrée du jardin.
Par son gabarit et son implantation en plein pied, la forme que prend le projet  permet de voir à travers et par dessus le bâtiment. Le jardin se laisse deviner, observer par des cadrages variés, à travers la médiathèque et le passage.
Les types architecturaux employés comme références pour composer le projet sont tirés du champ architectural et paysager des espaces publics, de celui des parcs et jardins, à l’image du bassin, des rocailles et de la tourelle du jardin de la Mairie. Ainsi Kiosque, Auvent, Pavillon, Passage, Bosquet ou Parvis sont des références culturelles qui structurent la composition architecturale.
A l’opposé du jardin de la mairie, dans lequel les remarquables rocailles et les arbres de hautes tige s’implantent plutôt en périphérie en libérant une grande pelouse centrale, le jardin de la médiathèque est proposé comme un volume végétal au centre d’un espace vide. Ainsi un bosquet d’arbres de haute tige, d’essences variées, est implanté au centre du jardin, sur un légère butte. L’enceinte de briques, le long de laquelle on peut se promener autour du bosquet, est ainsi mise en évidence.


Nous désignant lauréats du concours, le Maire nous dit que notre proposition ne correspondait pas à ce qui était attendu. Celle-ci avait changé le regard de l’usager sur l’idée qu’il s’était faite du son projet, nous avions dépassé ses attentes. C’est sans doute le plus beau compliment que l’on puisse faire à un architecte.

MAISON A LAMBERSART

Lambersart (59) - 2008

transformation - extension d'une maison de tête de cité à Lambersart

Lambersart (59-Nord) - 126 m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Mission complète + OPC
Montant des travaux 100 000 € TTC
2007/2008

en savoir +fermer

Nous avons été contactés par le propriétaire de cette remarquable maison de tête d’une cité de logements ouvriers de Lambersart, il souhaitait agrandir sa maison sur le jardin adjacent, et remanier le fonctionnement intérieur. Le séjour et la cuisine étant disposé à l’étage, il convenait de les repositionner dans l’extension, pour ne garder que le salon à l’étage. Le séjour créé est un volume en ossature bois, couvert d’une toiture terrasse végétalisée accessible depuis l’étage pour conserver un espace extérieur.

Le projet est l’occasion d’un travail sur le socle du bâtiment, une intervention ancienne ayant sévèrement endommagé l’ordonnancement de la façade. La cohérence entre les étages existants, le rez-de-chaussée et l’extension est faite par l’emploi de briques blanches en bandeaux rappelant les modénatures originales, sur un fond de briques grises unifiant le rez-de-chaussée.
Sur l’arrière, l’extension est implantée en limite de propriété. Une baie sur toute la largeur est disposée en hauteur ammener de la lumière malgré l’impossibilité d’ouvrir des vues directes sur le jardin voisin. L’ouverture est orientée vers le ciel par un retrait de la terrasse située au dessus.
Sur l’avant, les baies sont mises en retrait , à l'image des baies de l'existant.

Le chantier été assuré par un artisan, qui exécutant tous les lots, a permis une réalisation soignée et cohérente, la difficulté du projet résidant dans l’ajustement des éléments de projet avec les modénatures existantes.

EXPOSITION REVER(CITÉS)

Paris (Île-de-France) - 2016

La Maison du Projet de la Lainière est présentée dans le cadre de l'exposition "Réver(cités), villes recyclables et résilientes" à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris, du 12 octobre au 04 décembre 2016.

 

EKOA + Carlos ARROYO Arquitectos

en savoir +fermer

À quoi ressembleront nos villes demain ? Après « Mix(cité), Villes en partage », et Proximité(s), l’exposition Réver(cités) aborde les notions de flexibilité, réversibilité et résilience à l’échelle du bâtiment, du quartier et de la ville.
Comment résister à une énergie de plus en plus chère, au ralentissement de la croissance ou à la crise sociale ? Un principe de ville recyclable répondrait mieux aux défis économiques et environnementaux actuels et à venir.
Autour des axes émergents des travaux menés par l’Observatoire de la Ville – réversibilité et flexibilité ; réutilisation et recyclage ; résilience aux chocs et aux stress –, règne une diversité d’approches sur les usages et attentes des habitants de la ville, qui sont les premiers acteurs de sa résilience.
L’exposition montrera, à partir d’exemples variés, de vidéos et de photographies, des initiatives porteuses et des bonnes pratiques pour développer une ville plus souple et assurer ainsi sa pérennité.


"Réver(cités), villes recyclables et résilientes"
Cité de l'architecture et du patrimoine, Paris
jusqu'au 4 décembre 2016
www.citechaillot.fr

CENTRE D’ENTRETIEN ROUTIER

Trélon (59) - 2015

CER de TRELON

TRELON (59-Nord) - 897 m² SHON et 2650 m² d’extérieur

Conseil Général du Nord

Equipe Jean-louis HORNEZ architecte mandataire, EKOA architecte associé, ADI BET VRD / Structure, MEIC économie, CTH fluides

Estimatif des travaux 2,6 M€ TTC

2011/2014

en savoir +fermer

Nous nous sommes associés avec Jean-Louis Hornez pour répondre à cet appel à candidature, c’était un premier travail en commun que nous envisagions de longue date. 

Le programme de la construction du CER de Trélon est de déplacer sur un site déjà utilisé pour du stockage de matériaux les locaux du CER situé alors sur un site en centre-ville devenu trop exigu. La problématique d’un bâtiment à vocation technique dans un site naturel nous a particulièrement motivés, par le paradoxe environnemental qu’il constitue. Il y avait là un véritable enjeu d’insertion paysagère et de qualité environnementale par sa situation entre ville et campagne. 

Nous avons remporté ce concours grâce à une optimisation des moyens pour répondre au programme: Sur le bâtiment, nous avons réussi à améliorer des ratios de surface construite par rapport à la projection établie par la maîtrise d’ouvrage, en simplifiant le fonctionnement intérieur, nous permettant de réduire les circulations. Par là les coûts furent maîtrisés, l’appel d’offre ayant été conclus 11% sous le montant de l’enveloppe financière de l’opération.

Nous avons tourné le projet de manière à utiliser l’emprise déjà imperméabilisée sur le site, et à ne pas réduire les espaces verts existants, ce qui constitue à notre sens la première pierre de l’intégration au site: ne pas aggraver la situation environnementale existante.

Pour aller plus loin, la grande toiture à double pente est végétalisée pour compenser les surfaces imperméabilisées et renforcer l’intégration dans le paysage. 

Le projet intègre dès sa conception les démarches environnementales (mais sans labellisation) en insistant sur l’intégration dans le contexte existant, en réduisant l’impact du projet sur l’environnement et en limitant les consommations d’énergie par un bâtiment très peu déperditif, compact et bien orienté, bénéficiant d’une bonne inertie thermique.

Nous avons conçu le projet en phase concours avec le mandataire, suivi le développement des études, et conduit le chantier.

 

PARKING SILO DE LA PLAINE IMAGES

Roubaix (59) - 2014

Parking silo mutable de 392 places sur le site de la Plaine Images, l'Union, Roubaix.

Architecte mandataire: Agence De Alzua +

Architecte associé: EKOA

en savoir +fermer

Le parking silo est un projet conçu avec l’agence De Alzua+. Il s’inscrit au coeur du Pôle Images de la ZAC de l’Union à Roubaix, Tourcoing et Wattrelos, sur ancien site industriel en pleine mutation.

Les parkings silos sont des icônes de la problématique de la voiture en milieu urbain, et de la surface qu’elle occupe. Intégrée au programme, la mutabilité du bâtiment répond à la question du devenir de ces structures en milieu urbain, où la prépondérance de l’automobile comme moyen de déplacement tend à se réduire au profit des transports en commun.

La programmation par la SEM Ville Renouvelée, dans le cadre du projet urbain de l’Union, a intégré cette mutabilité du bâtiment, ainsi que des espaces de services liés à la mobilité (station de recharges électrique, point d’attente covoiturage, station de lavage écologique, stationnement vélos, etc.) , et  des services de conciergerie d’entreprise dédiée aux utilisateurs du site (relais colis et pressing, etc.).

La particularité de ce parking est sa reconversion possible en bureaux ou logements. Le projet est donc pensé comme une structure-réceptacle, laissant le champ des possibles ouvert à l’avenir par la démontabilité de certaines parties, révélant des volumes de dimensions réduites, ouvrant de nouvelles façades et faisant pénétrer la lumière au coeur du bâtiment. La faille verticale résultant de l’écartement des principaux volumes laisse la place à un espace piranésien provoquant des jeux d’ombres et de lumières, de reflets et de transparences, et de contraction / dilatation des espaces. Techniquement la mutabilité consiste en la découpe des parties de la structure en béton, la hauteur sous dalles est suffisante pour créer un plancher technique permettant de faire circuler les futurs réseaux, les escaliers sont dimensionnés pour pouvoir ajouter une marche  pour reprendre ce nouveau niveau du plancher, et les portes des circulations sont prévues pour pouvoir être remontées également. Les nouvelles façades viendront alors s’accrocher sur les nez des dalles pour fermer les bâtiments.

Archétype de structure en béton, le parking est support idéal d’une unité de production d’énergie photovoltaïque installée sur son dernier niveau.

Après avoir fait le concours avec l’agence De Alzua +, suivi les études, Nous avons pris en charge le chantier, apportant son lot d’adaptations. Pourtant, les principes architecturaux sont suffisamment forts pour que le projet garde son identité. La livraison a été faite en mars 2014.

LA FABRIQUE DE MEUBLES

Mons-en-Baroeul (59) - 2013

réhabilitation d'une ancienne fabrique de meubles en une agence d'architecture et un logement

Mons en Baroeul (59) - 182 m²
Maîtrise d’ouvrage privée
avec BLAU - Marie BLANCKAERT architecte
Phases: mission complète+OPC+ travaux de peinture
Montant des travaux : 160 000 € TTC
2013 - livraison 1er janvier 2014

en savoir +fermer

Derrière les enseignes et les doublages intérieurs, cet ancienne chais à vin de l’architecte Gabriel Pagnerre montrait de réelles qualités: un plan presque carré, deux sheds à 4 pentes, des refends en briques portant des poutres triangulées en acier sur toute la largeur du volume. Le potentiel était évident.

Le programme s’est précisé en fonction du bâtiment: d’abord libérer un espace extérieur. La parcelle étant entièrement bâtie, et la bande de fond de parcelle étant la plus basse sous toiture, la cour serait ouverte au fond. La surface restante permettait de faire un logement et notre atelier.

La hauteur sous poutres ne permettant pas de faire un étage circulant transversalement aux sheds, et les deux entités nécessitant un accès au façades sur rue et sur cour, le plan se trouva tout dessiné. L’atelier occupera la moitié nord au rez de chaussée, perpendiculairement à la rue, et l’étage en comble du shed sur rue, et vice-versa pour le logement. L’étage sera éclairé par la toiture, un grand chien assis sera créé

Les travaux commencèrent par le déshabillage complet du bâtiment. Sous les doublages, une charpente en fermettes sans pannes, des belles têtes de refends et poteaux, des reprises sur le bâtiment original pas très gracieuses, et une vieille enseigne peinte: Fabrique de Meubles.

Pendant le débit des travaux, de nombreux voisins se sont intéressés à ce que nous faisions. Nous avons ainsi découvert l’histoire complète du bâtiment, construit au début du siècle par Gabriel Pagnerre, architecte Monsois, il s’agissait alors d’un chai, qui devint ensuite une Fabrique de meubles, puis plus récemment il fut transformé en magasin de surgelés, et redevint un atelier de meubles.

MAISON DE RETRAITE

Nédonchel (62) - 2012

Construction d’un EHPAD de 83 places

Nédonchel (62-Pas-de-Calais) - 6 237 m² SHON

Maîtrise d’ouvrage Maison de retraite de nédonchel

Equipe: De Alzua+ architecte mandataire, EKOA architecte associé, SOGETI BET TCE

Estimatif des travaux 8,380 M€ HT

2012 - projet classé deuxième.

en savoir +fermer

Le concours pour la maison de retraite fut l’occasion d’aborder des problématiques bien différentes des celles que nous avions déjà explorée, ce programme de lieu de vie, médicalisé, multipliait les difficulté techniques, qui ne devaient pas être pour autant les seuls vecteurs de projet.

Le programme de l’EHPAD de Nédonchel, un village de 220 habitants, dont 60 pensionnaires de la maison de retraite, était remarquable par son importance, sa capacité représentant le tiers de la population du village. Par son échelle, la maison de retraite s’assimile aux carrés de fermes et autres bâtiments agricoles de la région, entourés d’espaces végétalisés et fonctionnant autour de la cour.

 


Ce constat implique un plan de départ compact, qui est ensuite creusé et déformé pour l’adapter aux besoins du projet: apport d’air et de lumière au coeur du bâtiment par le jardin et les patios, décalages de volumes pour multiplier les points de vue vers l’extérieur et créer une volumétrie propre à exprimer le fonctionnement du bâtiment: entrée, sorties de secours, bandes de circulations.

 

Le bâtiment s’inscrit dans l’environnement architectural de Nédonchel en reprenant une écriture «sage», comprise par tous grâce aux toitures en pentes et à l’utilisation de teintes blanches et noires et de quelques touches de revêtement en bois. 

 


La typologie du bâtiment demande un soin tout particulier dans le traitement de l’aspect extérieur car il s’agit ici de retrouver le langage de la maison à une échelle bien plus grande.

De ce fait, la volonté est d’utiliser le vocabulaire de la maison appliquée à un édifice comprenant, certes du logement, mais aussi un grand nombre de lieux de vie différents.

 


Le dessin des façades visibles depuis l’extérieur participe  de la régularité de l’ensemble en utilisant les mêmes menuiseries pour chaque chambre. Pour autant, un paysage intérieur se dessine lorsque l’on entre dans l’établissement, les façades donnant sur les patios et les jardins intérieurs étant très largement ouvertes pour baigner de lumière tous les espaces communs.

 


Enfin, l’aspect visuel de l’ensemble bâti est fractionné par un jeu de toitures à double pentes de hauteurs différentes. Cela permet de lire cet établissement comme un ensemble de constructions juxtaposées dont chaque unité présente des dimensions à l’échelle de la composition architecturale du village. Depuis tout point de vue, la maison de retraite se révèle par plans successifs, tel un groupe de constructions rassemblées, à l’image d’un petit centre de village

DERRIÈRE LA FAÇADE

Hautmont (59) - 2011

Résidence personnes agées - 24 logements

Hautmont (59-Nord) - 1 691m² SHON
Maîtrise d’ouvrage publique
Concours gagné - Mission complète
Montant des travaux 2,67 M€ HT
Architecte pour l’agence De Alzua+
2007/2011

en savoir +fermer

Par une heureuse circonstance, Nous avons été contactés par Jérôme De Alzua pour participer en tant que sous traitant collaborateur au concours en PPP pour le projet ANRU sur la ville de Hautmont.

Le projet se situe dans un tissu de maisons en bandes de centre ville, son programme prévoyait la démolition des maisons existantes, fort délabrées, mais conservait une façade «art-déco», pour y construire 24 logements, dont 16 collectifs.
Si pour des questions de coût (les études de sol réservent bien des surprises!), les 8 logements individuels sont redevenus collectifs, le travail de composition avec la façade existante parvint heureusement à être conservé.
Nous avons dessiné un bâtiment très sobre, un seul volume de brique rouge se glissant derrière la façade conservée, avec un événement en bardage bois marquant les espace communs. Au rez de chaussée, une galerie met à distance l’espace public de la ville et celui plus privé du hall.
Le soubassement en façade retourne sur l’angle pour former une clôture en escaliers soulignant la pente.
A l’arrière, le dénivelé du terrain offre des vues vers le paysage lointain. Le bâtiment y est marqué par deux redents, permettant de faire varier les formes et orientations des logements, de leur offrir des vues plus variées.

Ce projet, mené de bout en bout, des études au chantier, fut par ses aléas un exercice d’adaptation constante, passionnant par le travail de dessin tout en finesse d'éléments des façade à reconstituer.

CITÉ SCOLAIRE EUGÈNE THOMAS

Le Quesnoy (59) - 2011

construction du collège, demi-pensions, administration du lycée de la Cité Scolaire Eugène Thomas - Projet Lauréat

Lauréat du Concours

Le Quesnoy (59-Nord) - 8 930 m² SU
Maîtrise d’ouvrage: Conseil Général du Nord & Région Nord-Pas de Calais
Architecte pour le concours au sein de l’équipe Otton-Sanchez architectes
Estimatif des travaux 28,958 M€ TTC
2011

en savoir +fermer

Le collège Eugène Thomas, sa section SEGPA et la demi-pension de la cité scolaire du même nom, sont voué à être démolis. Le collège doit être reconstruit sur un site voisin, tandis que la demi-pension et les locaux du lycée (accueil, administration, espaces polyvalents, foyer), sont reconstruits en place de l’ancien collège.

Inscrit dans le site classé de la forteresse de Le Quesnoy, l’architecture proposée vise à répondre à trois contraintes principales: un fonctionnement fluide et efficace, une relation architecturale entre les différentes entités du projet, et une relation soignée avec l’environnement de ce nouvel équipement.

LE JACQUARD

Roubaix (59) - 2009

Réhabilitation d'une ancienne filaterie en immeuble de bureaux sur la Plaine Images à Roubaix

Roubaix (59-Nord) - ZAC de l’union - 3 335 m² SHON + parking  en sous-sol existant
Maîtrise d’ouvrage privée
Phases ESQ, APS, APD, PRO, DCE
Montant des travaux 2 M€ HT
2007/2009

en savoir +fermer

Le bâtiment des Jacquards, dit des cartons, se situe sur l’ancienne friche Vanoutryve, Pôle d’Excellence de l’Union destiné à l’Image, la Culture et les Médias.

Le projet consiste en la réhabilitation du bâtiment, la création d’un hangar de stationnement et la création d’édicule et greffes permettant de gérer les accès. 
Découvert en friche, quelques vieux métiers à tisser traînant encore sur les planchers à l’abandon, Les Jacquards dégageait l’impression d’attendre son devenir, comme si temps s’y était juste arrêté provisoirement.

Le Jacquard était premier bâtiment rénové à neuf par une maîtrise d’ouvrage privée sur la Plaine Images, cristallisant ainsi l’attention des divers intervenants concernés par ce projet: l’aménageur, l’architecte conseil-urbaniste de la Plaine Images et l’Architecte des Bâtiments de France notamment.
Le premier travail fut de faire réaliser au client le budget d’une telle opération. Le second fut de parvenir à réconcilier chacun dans un projet. 
Il ressortit un dessin très simple, en restaurant ce qui pouvait l’être, et surtout en intervenant de manière visible ponctuellement, la ou le projet le nécessitait le plus. Là, la sortie de toiture à créer fut l’occasion d’une greffe faisant écho aux excroissances sur les toits des bâtiments principaux de l’îlot Vanoutryve. Ici, un hangar démoli et reconstruit permettrai la livraison et le stationnement pour l’entreprise de matériel de scène qui allait s’installer.

Le language architectural de la transformation est construit par des volumes opaques, géométries simplement déformées, contrastant avec les larges ouvertures des façades et la trame rigide du bâtiment original. 

A.P.S.A.

Lens (62) - 2009

constructions des bureaux de l'Association Pour la Solidarité Active: réhabilitation et extension d'un ancien presbytère

Lens (62-Pas de Calais) - 420 m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Mission complète + OPC
Montant des travaux 410 000 € HT
Livraison août 2009

en savoir +fermer

L’Association Pour la Solidarité Active est une association d’accueil d’urgence et de réinsertion sociale par différents corps de métier, dont la maçonnerie et le second oeuvre.

L’APSA devait réimplanter l’ensemble de ses bureaux sur le site de l’ancien presbytère, où se trouvait déjà une les locaux du G.E.R.F.A, son pôle formation.
Le programme était donc la création de bureaux, en partie dans le presbytère réaménagé, et d’autre part dans un bâtiment neuf. Les travaux ont été exécutés par des entreprises pour les lots les plus importants ou les plus techniques (gros oeuvre, VRD, plomberie et électricité). Le reste a été réalisé par les équipes en formation accompagnées de formateurs de l’APSA.

Le projet fut également réalisé en association avec le Chênelet, communauté qui à travers plusieurs filières aide à la l’insertion de personnes en difficultés. La filière bois a participé à la mise en oeuvre du projet. Cette entreprise, spécialisée dans la construction HQE a développé des principes constructifs de charpente en plancher lamellé-cloué qui ont étés intégrés à la conception du bâtiment. Le Chênelet fait couper les bois dans le boulonais, et les fait sécher, les débites, puis fabrique les structures dessinées par son bureau d’études intégré, et les monte sur le chantier.

MAISON DE L'UNION

Roubaix (59) - 2008

Maison du Projet de l'Union

concours, projet classé second.
Roubaix (59-Nord) - Appel d’offres sur esquisse
Maîtrise d’ouvrage SEM Ville Renouvelée
BET TCE-Economiste: ETR Ingénierie / B.E.T. HQE: TRIBU Marc Toutin
images: Simon Clause
Concours - placé second.
Estimatif des travaux 350 000 € HT
2008

en savoir +fermer

La ZAC de l’union est un morceau de ville en cours de renouvellement urbain. Situé au carrefour des deux grands axes du site de 80 ha, la maison de l’union est un pavillon d’exposition destiné à devenir l’emblème en terme d’image et  en matière de développement durable de ce futur éco-quartier.

Pour parvenir aux exigences d’un bâtiment passif ont été retenus les principes suivants: orientation bioclimatique, serre de préchauffage solaire, ossature bois à structure composite bois/fibres de bois compressées, isolation ouate de cellulose, toitures végétalisées, ventilation double flux à récupération de chaleur, puits canadien, utilisation de matériaux recyclables.

LES CHALETS DE LA CASCADE

Le Grand Bornand (74 - Haute-Savoie) - 2006

3 chalets en madriers de bois massif au Grand Bornand

Le Grand Bornand (74) - 2 x 120 m² et 200m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Architecte conception: Atelier BWY (69)
Mission EXE / Suivi des travaux + OPC
Montant des travaux : 1 350 000 € TTC
2004-2006

en savoir +fermer

Les chalets de la Cascade sont construits selon caractéristiques de l’architecture locale en madriers empilés sur un soubassement maçonné. La couverture est en tavaillons, l’isolation en laine de chanvre et les doublages intérieurs en bois. La technique employée demande la maîtrise des assemblages en bois, l'ensemble de la charpente, des doublages intérieurs et des menuiseries étant installés sur coulisses pour supporter le tassement important de la structure durant les premières années, lié à cette technique constructive.

 

MAISON DU PROJET DE LA LAINIÈRE

Wattrelos/Roubaix (59) - 2016

bâtiment en démarche Cradle to Cradle (C2C inspired®)

 

en savoir +

MÉDIATHÈQUE

Auchy-lez-Orchies (59) - 2016

Construction d’une médiathèque de 220m2

en savoir +

MAISON A LAMBERSART

Lambersart (59) - 2008

transformation - extension d'une maison de tête de cité à Lambersart

en savoir +

EXPOSITION REVER(CITÉS)

Paris (Île-de-France) - 2016

La Maison du Projet de la Lainière est présentée dans le cadre de l'exposition "Réver(cités), villes recyclables et résilientes" à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris, du 12 octobre au 04 décembre 2016.

 

en savoir +

CENTRE D’ENTRETIEN ROUTIER

Trélon (59) - 2015

CER de TRELON

en savoir +

PARKING SILO DE LA PLAINE IMAGES

Roubaix (59) - 2014

Parking silo mutable de 392 places sur le site de la Plaine Images, l'Union, Roubaix.

en savoir +

LA FABRIQUE DE MEUBLES

Mons-en-Baroeul (59) - 2013

réhabilitation d'une ancienne fabrique de meubles en une agence d'architecture et un logement

en savoir +

MAISON DE RETRAITE

Nédonchel (62) - 2012

Construction d’un EHPAD de 83 places

en savoir +

DERRIÈRE LA FAÇADE

Hautmont (59) - 2011

Résidence personnes agées - 24 logements

en savoir +

CITÉ SCOLAIRE EUGÈNE THOMAS

Le Quesnoy (59) - 2011

construction du collège, demi-pensions, administration du lycée de la Cité Scolaire Eugène Thomas - Projet Lauréat

en savoir +

LE JACQUARD

Roubaix (59) - 2009

Réhabilitation d'une ancienne filaterie en immeuble de bureaux sur la Plaine Images à Roubaix

en savoir +

A.P.S.A.

Lens (62) - 2009

constructions des bureaux de l'Association Pour la Solidarité Active: réhabilitation et extension d'un ancien presbytère

en savoir +

MAISON DE L'UNION

Roubaix (59) - 2008

Maison du Projet de l'Union

en savoir +

LES CHALETS DE LA CASCADE

Le Grand Bornand (74 - Haute-Savoie) - 2006

3 chalets en madriers de bois massif au Grand Bornand

en savoir +