every kind of architecture

Olivier JOST
architecte - DPLG


2/1, rue Franklin
59370 Mons-en-Baroeul

tel/fax 03 20 863439

contact SPAM @ SPAM ekoa.fr

Mentions légales

Crédits:
Conception du site internet :
especedespace, www.especedespace.com

Développement du site internet :
Audrey Delécolle, www.codika.fr

Contact

BLAU BLanckaert Architecture Urbanisme
2/1 rue Franklin 59370 Mons en Baroeul 
Métro Mons Sarts
03 20 86 34 39 / 06 76 66 21 84
www.bl-au.com
contact@bl-au.com

EURL d’Architecture au Capital de 5 000 euros
SIRET-SIREN: 791775935 0020
NAF: 71 11Z

Présentation

Après quelques années salariée côté maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage, Marie Blanckaert s’investie quatre ans dans un atelier public d’architecture et d’urbanisme, l’Atelier Électrique à Tourcoing. Forte de cette expérience unique, elle reçoit en décembre 2012, le Palmarès des Jeunes Urbanistes de la part du Ministère de l’Égalité des Territoires et du Logement. Cette reconnaissance la conforte dans la vision qu’elle porte sur la ville, l’architecture et la fabrication urbaine. 

L’agence BLAU, crée en février 2013, est née de l’envie de Marie Blanckaert, de travailler selon des méthodes qui lui sont propres, attachant une importance plus qu’affirmée à la maîtrise d’usage et à la Haute Qualité Urbaine et Humaine. 

Aujourd’hui, l’agence travaille tant sur l’urbain qu’en architecture, chaque échelle  et chaque sujet nourrissant l’autre. Les projets de l’agence sont tous engagés. Du renouvellement urbain à la lutte contre l’étalement urbain ; de la construction à prix maîtrisés pour l’Accession Très Sociale  au développement de la filière bois dans le petit collectif ; chaque sujet est porteur de sens et de développement durable de la pensée constructive.

Cet engagement a été une nouvelle fois récompensé à travers la Mention spéciale qu’a reçu Marie Blanckaert, lors de la remise du Prix Femme Architecte 2017, dans la catégorie Jeune Femme Architecte. 

 

Marie BLANCKAERT

Marie BLANCKAERT
Architecte DPLG Urbaniste
Mention Spéciale, Prix Femme Architecte 2017, catégorie Jeune Femme
Membre du Conseil de Développement de Lille Métropole
Membre du réseau Areli Emergence
Lauréate du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2012

 

Identité
née le 24 décembre 1980 à Béthune - pacsée - 2 enfants
2/1 rue Franklin
59370 Mons en Baroeul
contact@bl-au.com
03 20 86 34 39

 

Éxpérience - maîtrise d'oeuvre

2013
BLAU Mons en Baroeul- création de l’agence BLanckaert Architecture Urbanisme

2010
CONSTRUIRE Paris - en collaboration avec Patrick Bouchain - chef de projet du Grand Ensemble à Tourcoing - Responsable de l’Atelier Electrique - Réhabilitation de 30 maisons 1930 en participation avec les habitants
phases exécutées : Diagnostic; APS, APD, PC, PRO, DCE, DET

2007
EKOA  Lille - faisabilités, pc, images de synthèses

2006
DE ALZUA + Lille - chef de projet  
un Collège à Wazemmes / phases exécutées : concours, APS, APD, PC, PRO, DCE
un réseau de Médiathèques dans la Vallée de la Scarpe : trois projets gagnés 
une maison individuelle HQE à Coutiches

2005
CONSTRUIRE Paris - en collaboration avec Patrick Bouchain  - le Channel à Calais
conception de l’enveloppe d’un pavillon de stockage «le pavillon économe» 
phases exécutées : APS, APD, PC, PRO, DCE

2003
SAISON MENU Roubaix - 
concours, faisabilités, APS, APD sur plusieurs projets de logements, bureaux
étude de mise en oeuvre du PLU de Boulogne Billancourt

 

Éxpérience - maîtrise d'ouvrage

2007
SEM Ville Renouvelée Tourcoing - l’Union - responsable d’opérations au sein de l’équipe SEM VR et SAEM Euralille

 

Formation

2012
Ecole de la rénovation urbaine Paris - «Evolution des formes urbaines» 

2010
Le Moniteur Paris - «Coût de la consommation» « Conduire de chantier» 

2008
ENSAPL OUCASE - «Développement durable» « Du processus de programmation au choix du concepteur» 

2006
ENSAPL - DPLG - Mention Très Bien 

1998
Obtention du bac Economique et Social 

 

Logiciels
2D - 3D - autocad, archicad, artlantis, sketch’up
dessin et mise en page - photoshop, illustrator, indesign
bureautique - word, excel, project, power point

 

Enseignement

- depuis 2013: Institut Catholique des Arts et Métiers - Introduction à l’urbanisme et à la construction
- 2006: Ecole d’Architecture et du Paysage de Lille - Atelier du paysage de S. Flipo et J. Boutterain
- depuis 2013 : Jurys ENSAPL, Ecole du Paysage de Blois, Université de Mons et de Louvain, ICAM, HEC...

 

Conférences

- 22 septembre 2016 : MAV & Mange Lille «Architecture et gastronomie
- 24 aout 2016 : Université d’été des Urbanistes de France à la Halle aux Sucres à Dunkerque  «La Ville en Partage»  
- 16 octobre 2015: Pôle des Arts Urbains à Saint Pierre des Corps «La permanence architecturale»
- 9 octobre 2015: Ordre des Architecte du Rhône Alpes et SCOP des 2 Rives «(R)Evolutions des pratiques de conception»
- 30 avril 2015: CAUE 69 «Le Lotissement en héritage»
- 2 avril 2015: Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble «Projets humains, Bien-être urbains»
- 12 février 2014 : Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne «Où la ville nous mène»
- 7 novembre 2013 : LMCU les Rencontres de l’espaces urbain « La place de la culture dans la fabrication de la ville » avec Amanda Crabtree
- 24 octobre 2013 : Club Ville Aménagement : « Opération Stephenson, comment créer le lien entre habitants historiques et nouveaux habitants »
- 18 octobre 2013 : CAUE 60 : « Réhabilitons Eco-responsable »
- 3 mai 2013 : Conseil Régional : 
- Aout 2012 : Université du Conseil Français des Urbanistes « L’ilot Stephenson, l’histoire singulière d’un morceau de ville ». 
- 19 juin 2012 : Atelier Electrique « Savoir-faire et transmission »
- 22 septembre 2010 : Atelier Electrique : « La poubelle et l’architecte » avec Patrick Bouchain et Jean-Marc Huygen 
- 2 mai 2006 : Le Channel à Calais : « Reconversion des anciens abattoirs » avec Patrick Bouchain

 

Publications

Librairie :
« Pas de toit sans toi - Réinventer le logement social » Editions Acte Sud, mai 2016
« Manifeste pour la Permanence Architecturale » Autoproduit, octobre 2015
« Construire ensemble le Grand Ensemble Habiter Autrement. » Collection Actes Sud
« Maîtrise d’ouvrage publique : Quelle démarche pour des projets urbains ? »

Presse :
« Portrait d’architecte » La Chronique du BTP, janvier 2016
« Mons en Vous », avril 2015
« La nouvelle vie de la Fabrique de Meubles » La Voix du Nord, 13 juillet 2014
« Quand le seul bâtiment industriel monsois de Gabriel Pagnerre retourne vers l’architecture » La Voix du Nord, 3 octobre 2013
« Trombinoscope » AMC n°223, avril 2013
«  J’habite, tu cohabites, il héberge, nous construisons » AMC n°223, avril 2013
« Jeunes urbanistes 2012: Mixité des postures » Traits urbains n°59 fév.mars 2013
« Marie Blanckaert, une certaine idée de l’archi » Lille Métropole Info, septembre 2012
« Un atelier sur rue pour Patrick Bouchain » Traits urbains n°33 sept. oct. 2009
« Tempête sur la rénovation » l’Humanité novembre 2009
« le Collège de Wazemmes » le Moniteur des travaux publics mars 2008  
« le Channel » AMC n°177 mars 2008
« Layer party » AMC n°114 octobre 2004

 

Vidéos
Documentaires :
- 2006 : Le Channel à Calais. Jacques Kebadian
- 2012 : Construire ensemble à Tourcoing. Jacques Kebadian 

 

Expositions
« Le Patrimoine du 21ème siècle Monsois » au Fort de Mons, JDP 2015
« Réenchanter le monde » Cité de l’Architecture et du Patrimoine, mai-octobre 2014
« La semaine de l’Union » Maison de l’architecture et de la Ville, mars 2013
« Ilot Stephenson, l’histoire continue » Maison de l’union, octobre 2013

Projets

PUBLICATION LILLE DESIGN PAPER n°3

Métropole Européenne de Lille (Nord) - 2017

La Maison du Projet de la Lainière est présentée dans le Magazine Lille Design Paper, édité pour le titre World Design Capital 2020 par la Métropole Européenne de Lille.
 
 

 

EKOA + Carlos ARROYO Arquitectos

en savoir +fermer

Depuis 2011, lille—design agit en tant qu’accélérateur du développement économique pour les entreprises et levier de rayonnement pour les collectivités de la métropole lilloise et de la région Hauts-de-France.
Parmi ses missions, celle de contribuer par le design, au développement économique et durable du territoire, à son attractivité et de structurer la filière au profit des designers du territoire (formation, incubateur, accompagnement, mise en réseau).
Les métiers de lille—design : promouvoir la démarche design, accompagner l’intégration du design, créer le lien entre acteurs d’une économie collaborative et contribuer au renouvellement des politiques publiques par des approches créatives.
lille—design bénéficie du précieux soutien et financement de la Métropole Européenne de Lille, la région Hauts-de-France et le Fonds Européen de Développement Régional.

Avec plus de la moitié de la population mondiale vivant aujourd’hui dans des villes, le design est devenu un outil de plus en plus fondamental pour rendre les villes plus attrayantes,
compétitives, efficaces, vivables et durables.
Le titre de World Design Capital® (WDC) est décerné tous les deux ans par la World Design Organization en signe de reconnaissance de l’utilisation novatrice du design par une ville
dans le but de renforcer son développement économique, social, culturel et environnemental.
Par le biais d’un programme annuel d’événements liés au design, la WDC offre une plate-forme pour présenter les meilleures pratiques en matière de politique urbaine et d’innovation
dirigées par le design, pour accroître l’engagement des citoyens et attirer les entreprises et le tourisme. Lancé pour la première fois à Turin (Italie) en 2008, le titre de WDC a également été
attribué à Séoul (Corée du Sud) en 2010, à Helsinki (Finlande) en 2012 et au Cap (Afrique du Sud) en 2014. Taipei est la WDC 2016 et Mexico sera la World Design Capital 2018.

lille-design.com

MAISON DU PROJET DE LA LAINIÈRE

Wattrelos/Roubaix (59) - 2016

Premier bâtiment en France contruit en démarche Cradle to Cradle (C2C inspired®) - économie circulaire à impact positif

 

Roubaix/Wattrelos (59) - 505 m² SDP
Maîtrise d’ouvrage SEM Ville Renouvelée
Architecte cotraitant/conception: Carlos ARROYO Arquitectos (Madrid)
B.E.T. HQE: TRIBU-Marc TOUTIN / BET TCE-Economiste: SOGETI Ingénierie
Assistance Maîtrise d’Ouvrage C2C: Lateral Thinking Factory+EPEA Paris
Montant des travaux : 892 000 € HT (compris mobilier)
avril 2014- janvier 2016

en savoir +fermer

Le projet est le premier bâtiment du site La Lainière - Pennel et Flipo - Peignage Amédée, futur Parc du 21ème Siècle de la Métropole Européenne de Lille. A ce titre,  il s’inscrit dans la démarche Cradle to Cradle (C2C inspired®), outils de conception et plateforme d’innovation de l’économie circulaire à impact positif. Les matériaux doivent être sains pour l’humain et conçus soit pour retourner à l’écosystème, soit être réutilisés. Le C2C considère le développement durable non plus comme une contrainte mais comme une opportunité pour innover.

Le projet prend place sur un site au fort patrimoine historique cependant aujourd’hui démoli et offrant peu d’accroches physiques. Par quelques signes architecturaux, il rappelle ce souvenir et évoque ces formes architecturales disparues, en une interprétation contemporaine.

La Maison du Projet et des Service est constituée de fondations métalliques, d’une structure en bois brute, et est couverte d’une toiture transparente. La façade, fermée d’une paroi en polycarbonate, est un jeu de trames et de reflets et d’ombres portées laissant deviner l’ossature alvéolaire en bois.

La répartition des espaces est flexible, presque industrielle. Chaque espace peut prendre une fonction différente selon l’ajout de « supermeubles » mobiles : bureaux, vestiaires, cuisine, lampadaires, etc. Une salle de réunion gonflable peut être déployées au besoin,sous-espace dédié aux réunions ou aux expositions. La Maison du Projet est mutable, tout peut être démonté et remonté ailleurs, les composants sont réemployables, les matériaux sont recyclables. L’eau est collectée, et stockée dans une mare, espace dédié à la biodiversité sur cet ancien site industriel.

UEHC DE BÉTHUNE

Béthune (62) - 2017

Démolition/reconstruction de l'Unité Éducative d'Hébergement Collectif de Béthune

Béthune (62) - 683 m² SDP
Maîtrise d’ouvrage MINISTERE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTES - Direction Inter régionale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse
BET TCE-Economiste: Bati Techni Concept
Budget : 950 000 € HT (compris démolition/désamiantage)
2017

en savoir +fermer

Lapiaz : (n.m.), du latin lapis, pierre.
Formation géologique de surface dans les roches calcaires et dolomitiques, créée par le ruissellement des eaux de pluie qui dissolvent la roche ou par la cryoclastie, ce qui forme un grand entablement rocheux parcouru de réseaux de diaclases ou fissures.

La fonction toute particulière d’accueil des jeunes placés à l’UEHC nécessite de combiner un lieu de vie dans lequel les jeunes vont pouvoir trouver rapidement leurs repères, qui doit être confortable et convivial mais néanmoins rester le lieu de l’autorité judiciaire.

Des paysages intérieurs
A l’image du Lapiaz, surface minérale fragmentée et percée, laissant entrevoir des microcosmes dans ses creux, nous avons voulu une enveloppe extérieure d’aspect solide, minéral, par opposition à un intérieur plus chaleureux et accueillant, notamment par l’utilisation du bois en parement d’une bonne partie des parois.
La forme du projet émerge d’un travail en négatif dans le volume capable
de la parcelle, par fragmentation et creusement de vides permettant d’apporter air, lumière et végétation au coeur du projet. Il en résulte une
succession de toitures inclinées, sous lesquelles s’organisent les espaces aux ambiances variées.
Le projet s’articule donc autour des jardins, sources d’inspiration et de bien-être pour les occupants de la « maison ».
Le projet est contenu entre les murs mitoyens. Les lignes des rives de toiture ondulent au dessus de cette limite horizontale, adoucissant l’impact visuel du projet pour les voisins, et permettant une prise de umière naturelle complémentaire sur les limites latérale de la parcelle.

L’aspect organisationnel du projet est fondamental, car particulièrement
contraint par la parcelle en bande et la densité du programme au regard du volume capable.
Les circulations tirent leur qualité spatiale des ponctuations que sont les patios et deviennent par là des espaces de vie supplémentaires, valeur ajoutée au programme. Tous les espaces bénéficient ainsi de lumière naturelle, dans une maison tournée vers son intériorité, conviviale et bienveillante.

GROUPE SCOLAIRE CLAUDE BERNARD

Villeneuve d'Ascq (59) - 2017

Concours pour la création d'un Groupe scolaire de 13 classes et restaurant scolaire (Lauréat)

2 484 m² Surface Utile
Maîtrise d’ouvrage: Ville de Villeneuve d'Ascq
Architecte mandataire: D'HOUNDT+BAJART architectes
Architecte associé: EKOA (Olivier JOST)
Paysagiste: SLAP
BET TCE: BERIM
B.E.T. HQE: AGI2D
Economiste/OPC: MEIC
Acousticien: ACAPELLA
images: François MARCUZ
Concours sur APS: Lauréat
Montant des travaux : 4 580 000 € HT
2017

en savoir +fermer

Inspirée des qualités de la parcelle existante, l’architecture inédite de l’école s’inscrit dans un dialogue avec le paysage. Fonctionnel et confortable, le bâtiment est conçu comme un outil pédagogique à part entière, qui donne aussi la part belle à l’imagination et au jeu. Le bâtiment est caractérisé, voire personnifié, par son esthétique d’inspiration animale : des écailles blanches gravées ton sur ton sur les façades extérieures, un motif de plumes de paon peint sur le lattage bois des façades de la cour.

Les différents espaces ont été imaginés comme des séquences, avec une attention particulière donnée aux transitions entre les lieux et les moments. L’école, conçue comme un organisme vivant, est un ensemble cohérent où tous les éléments interagissent, pour un fonctionnement optimal.

Nature, apaisement, exotisme, surprise, pédagogie ou jeu : les différentes ambiances extérieures participent à renforcer l’univers unique et l’identité propre au nouveau groupe scolaire. Le dialogue du bâtiment avec le paysage se lit au travers d’une porosité entre intérieur et extérieur.

MÉDIATHÈQUE DE AUCHY-LEZ-ORCHIES

Auchy-lez-Orchies (59) - 2016

Construction d’une médiathèque de 220m2

Auchy-lez-Orchies (59-Nord) - 220 m² SDP
Maîtrise d’ouvrage Mairie de Auchy-lez-Orchies
Equipe: BECT: BET TCE, économiste, OPC
Travaux: 474 150,00 € HT
2012-2016

en savoir +fermer

Nous avons répondu à l’appel à candidature pour la construction de la médiathèque de Auchy-lez-Orchies, se disant qu’une candidature de notre petite agence en nom propre avait une chance d’aboutir pour un équipement de cette échelle. C’était pour nous l’occasion d’étudier de nouveaux usages, d’accompagner une petite commune en comprenant les enjeux d’un tel investissement financier et culturel. Nous avons étés sélectionnés! La présentation du projet à la mairie nous a conforté dans cette idée que l’architecte porte et partage le projet avec tous les acteurs du projet.


D’un point de vue architectural, nous nous sommes posés deux questions très simples:
«Comment concilier une bonne visibilité du bâtiment depuis la rue, un stationnement automobile et un jardin aux dimensions optimisée?» et «Comment le jardin peut-il à la fois offrir un caractère d’intimité, à l’image de celui de la Mairie, et être visible et attrayant depuis la rue?»


Afin de proposer une perméabilité visuelle et physique entre la rue et le jardin, le projet se présente comme un kiosque largement vitré, protégé par un auvent couvrant le passage vers le jardin. Sous cet abri, la médiathèque est le pavillon d’entrée du jardin.
Par son gabarit et son implantation en plein pied, la forme que prend le projet  permet de voir à travers et par dessus le bâtiment. Le jardin se laisse deviner, observer par des cadrages variés, à travers la médiathèque et le passage.
Les types architecturaux employés comme références pour composer le projet sont tirés du champ architectural et paysager des espaces publics, de celui des parcs et jardins, à l’image du bassin, des rocailles et de la tourelle du jardin de la Mairie. Ainsi Kiosque, Auvent, Pavillon, Passage, Bosquet ou Parvis sont des références culturelles qui structurent la composition architecturale.
A l’opposé du jardin de la mairie, dans lequel les remarquables rocailles et les arbres de hautes tige s’implantent plutôt en périphérie en libérant une grande pelouse centrale, le jardin de la médiathèque est proposé comme un volume végétal au centre d’un espace vide. Ainsi un bosquet d’arbres de haute tige, d’essences variées, est implanté au centre du jardin, sur un légère butte. L’enceinte de briques, le long de laquelle on peut se promener autour du bosquet, est ainsi mise en évidence.


Nous désignant lauréats du concours, le Maire nous dit que notre proposition ne correspondait pas à ce qui était attendu. Celle-ci avait changé le regard de l’usager sur l’idée qu’il s’était faite du son projet, nous avions dépassé ses attentes. C’est sans doute le plus beau compliment que l’on puisse faire à un architecte.

LILLE QUARTIERS ANCIENS

Lille (59) - 2011-2016

Marché cadre de réhabilitation d'habitat vétuste

Maîtrise d’ouvrage : La Fabrique des Quartiers-Lille Métropole SPLA
Accord-cadre de maîtrise d’oeuvre 
29 immeubles (3 locaux commerciaux et 44 logements)
Performance énergétique minimale de 104 Kwh/m2/an DPE ou THCE
Montant des travaux en moyenne 1 330 €HT/m2 SHAB
2011/2015

en savoir +fermer

L’opération Lille Quartiers Anciens, dont la concession d’aménagement a été attribuée à la SPLA-La Fabrique des Quartiers, a pour vocation la résorption de l’habitat indigne et la production de logements à vocation de mixité sociale. Ces quartiers se sclérosent par la multiplication de logements insalubres, bâtiments vétustes et mal entretenus.

L’intervention sur certains immeubles acquis par le maître d’ouvrage vise un effet «boule de neige», par la réhabilitation des immeubles les plus dégradés. La Fabrique des Quartiers, en collaboration avec la Communauté Urbaine, s’occupe de l’acquisition des immeubles, du relogement des habitants, et établi la programmation initiale.

Notre intervention commence par un diagnostique précis de l’immeuble, architectural, fonctionnel et technique, visant à valider la fiche de route proposée par la maîtrise d’ouvrage. Par l’observation, la collecte de renseignements, nous validons l’accord entre le programme, l’enveloppe budgétaire et la faisabilité technique du projet.

Dans le cadre des opérations de réhabilitation d’habitats vétustes, le mode d’utilisation régit l’organisation spatiale, les circulations, le choix des matériaux en accord avec les contraintes techniques, financières et architecturales. 

Nous prônons une intervention qui ne dénature pas le bâtiment original, et qui cherche à mettre en évidences certaines caractéristiques remarquables, la simplicité des volumes pour donner une lisibilité maximale aux espaces. Fonctionnellement, des réflexions sont menées sur l’usage, à travers la création de «pièces en plus» par exemple ; permettant de rééquilibrer des logements au rapport de surfaces jour/nuit déséquilibré.

Le diagnostique inclue un audit énergétique réalisé en collaboration avec un bureau d'études thermiques, visant la production du scénario d’intervention le plus cohérent en termes de rapport qualité/prix et de temps de retour sur investissement. Cet audit permet une intervention judicieuse et justifiée dans l’ensemble des choix techniques qui sont fait. 

Cette approche qui mixe réellement les compétences de chacun pour une intervention minutieusement réfléchie permet de s’assurer de la pertinence de chaque élément du projet, apportant une réelle qualité au travail de conception. C’est un exemple que nous souhaitons pouvoir développer plus largement sur les projets de réhabilitation.

PRIX - PUBLICATIONS

* (*) - 2004-2017

publications presse et web

*

en savoir +fermer

2016 - Réver(Cités) - Livret de l'exposition - Projet: Maison du Projet de la Lainière
2016 - La Chronique du BTP - Dossier spécial économie circulaire - Projet: Maison du Projet de la Lainière
2016 - Architecture Lumière - Projet: Maison du Projet de la Lainière
2015 - Le Moniteur - Projet: Maison du Projet de la Lainière
2015 - Nord Eclair - Projet: Maison du Projet de la Lainière
2015 - Le Moniteur - Projet: Parking Silo de la Plaine Images
2015 - Lettre Info Ordre des Architectes - Projet: Parking Silo de la Plaine Images
2015 - La Chronique du BTP - Projet: Maison du Projet de la Lainière
2015 - ADC - Projets: Parking Silo de la Plaine Images; CER de Trélon; Maison du Projet de la Lainière
2011 - Le Moniteur - Projet: Parking Silo de la Plaine Images
2009 - Lauriers de la Construction Bois - Projet: La Maison de l'Union
2007 - Prix W - Projet remarqué - Projet Requalification de la Minoterie de Saint Venant - avec Marie BLANCKAERT et Angélique STERNHEIM
2004 - Prix de la Jeune architecture de Lyon - Prix spécial Patrimoine et réhabilitation - Projet: diplôme RVI: Happening & Opening

 

EXPOSITION REVER(CITÉS)

Paris (Île-de-France) - 2016

La Maison du Projet de la Lainière est présentée dans le cadre de l'exposition "Réver(cités), villes recyclables et résilientes" à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris, du 12 octobre au 04 décembre 2016.

 

EKOA + Carlos ARROYO Arquitectos

en savoir +fermer

À quoi ressembleront nos villes demain ? Après « Mix(cité), Villes en partage », et Proximité(s), l’exposition Réver(cités) aborde les notions de flexibilité, réversibilité et résilience à l’échelle du bâtiment, du quartier et de la ville.
Comment résister à une énergie de plus en plus chère, au ralentissement de la croissance ou à la crise sociale ? Un principe de ville recyclable répondrait mieux aux défis économiques et environnementaux actuels et à venir.
Autour des axes émergents des travaux menés par l’Observatoire de la Ville – réversibilité et flexibilité ; réutilisation et recyclage ; résilience aux chocs et aux stress –, règne une diversité d’approches sur les usages et attentes des habitants de la ville, qui sont les premiers acteurs de sa résilience.
L’exposition montrera, à partir d’exemples variés, de vidéos et de photographies, des initiatives porteuses et des bonnes pratiques pour développer une ville plus souple et assurer ainsi sa pérennité.


"Réver(cités), villes recyclables et résilientes"
Cité de l'architecture et du patrimoine, Paris
jusqu'au 4 décembre 2016
www.citechaillot.fr

CENTRE D’ENTRETIEN ROUTIER

Trélon (59) - 2015

CER de TRELON

TRELON (59-Nord) - 897 m² SHON et 2650 m² d’extérieur

Conseil Général du Nord

Equipe Jean-louis HORNEZ architecte mandataire, EKOA architecte associé, ADI BET VRD / Structure, MEIC économie, CTH fluides

Estimatif des travaux 2,6 M€ TTC

2011/2014

en savoir +fermer

Nous nous sommes associés avec Jean-Louis Hornez pour répondre à cet appel à candidature, c’était un premier travail en commun que nous envisagions de longue date. 

Le programme de la construction du CER de Trélon est de déplacer sur un site déjà utilisé pour du stockage de matériaux les locaux du CER situé alors sur un site en centre-ville devenu trop exigu. La problématique d’un bâtiment à vocation technique dans un site naturel nous a particulièrement motivés, par le paradoxe environnemental qu’il constitue. Il y avait là un véritable enjeu d’insertion paysagère et de qualité environnementale par sa situation entre ville et campagne. 

Nous avons remporté ce concours grâce à une optimisation des moyens pour répondre au programme: Sur le bâtiment, nous avons réussi à améliorer des ratios de surface construite par rapport à la projection établie par la maîtrise d’ouvrage, en simplifiant le fonctionnement intérieur, nous permettant de réduire les circulations. Par là les coûts furent maîtrisés, l’appel d’offre ayant été conclus 11% sous le montant de l’enveloppe financière de l’opération.

Nous avons tourné le projet de manière à utiliser l’emprise déjà imperméabilisée sur le site, et à ne pas réduire les espaces verts existants, ce qui constitue à notre sens la première pierre de l’intégration au site: ne pas aggraver la situation environnementale existante.

Pour aller plus loin, la grande toiture à double pente est végétalisée pour compenser les surfaces imperméabilisées et renforcer l’intégration dans le paysage. 

Le projet intègre dès sa conception les démarches environnementales (mais sans labellisation) en insistant sur l’intégration dans le contexte existant, en réduisant l’impact du projet sur l’environnement et en limitant les consommations d’énergie par un bâtiment très peu déperditif, compact et bien orienté, bénéficiant d’une bonne inertie thermique.

Nous avons conçu le projet en phase concours avec le mandataire, suivi le développement des études, et conduit le chantier.

 

CITÉ DE LA PERCHE

Montigny-en-Gohelle (62) - 2015

étude de faisabilité de renouvellement urbain

5150 à 6150 m² SHAB
Maîtrise d’ouvrage: Maisons & Cités Soginorpa
Etude de capacité
2015

en savoir +fermer

L'étude consiste à étudier la capacité du site de la Cité de la Perche pour se faire une idée des options possibles de renouvellement de la cité, en conservant éventuellement l'un de 5 rangs bâtis existant et en visant une mixité des typologies de logements. PLusieurs hyothèses ont ainsi été dessinées pour ouvrir le champ de réflexion du maître d'Ouvrage quant au devenir de son site.

La première hypothèse de projet prévoit de conserver le rang de maisons existantes le long de la rue de Lannoy, pour conserver le bâti de bourg sur cette voie. Les construction les plus massives sont regroupées à l’Ouest du site, en proportion des dimensions des équipements existants: médiathèque et gymnase. 
le site est distribué via des voies de circulation partagées, de type zone 20, sans distinctions entre voiries et trottoirs, pour définir l’espace public comme dédié aux piétons et cycles. Une voie traversante à sens unique est créée au nord de la parcelle pour assurer la desserte. Des voies réduites perpendiculaires desservent les habitations. Elle conservent pour partie le tracé historique des voies de la cité de la Perche. Le site montre son profil en «coupe» le long de la rue de la perche, et offre des fronts bâtis continus sur le rue de la Libération et le retour de la rue de la perche sur la rue Suzanne Lannoy. 
Les maisons individuelles sont basées sur deux formats deux base. L’un correspond à des Types 4, l’étage étant positionné de manière variable pour générer des volumétries variées dans un rang. Le second permet de générer une maison de plain pied Type 3, ou Type 5 si un module d’étage lui est ajouté. Ce système permet de rationaliser la construction., voire d’envisager une évolutivité du bâti. 
Les espaces verts principaux sont regroupés à l’Ouest, pour ouvrir l’espace entre les bâtiments de logements collectifs. Entre les rangs de logements individuels, les jardins et les espaces verts traversants (Est-Ouest) assurent une porosité végétalisée de l’îlot. Une variante à cette première hypothèse est proposée, réduisant le nombre de logements pour aérer le projet en agrandissant les jardins.

La seconde hypothèse propose une distribution des logements individuels dans la longueur de la parcelle, en deux rangs entre lesquels une venelle piétonne ondule légèrement. Les maisons individuelles créées sont desservies directement par les rues. Des voies réduites perpendiculaires desservent les habitations existantes et des poches de stationnement. Elle conservent pour partie le tracé historique des voies de la cité de la Perche. Les linéaires de voirie et la desserte par les réseaux sont ici réduits par rapport à la première version, permettant ainsi de réduire fortement le budget VRD.
Cette version de projet propose des alignements Est- Ouest, parallèlement à l’autoroute. Le bâti est ainsi positionné en barrière contre le bruit, qui certes limité, constitue une gène à prendre en compte dans l’implantation des bâtiments.

 

MAISONS MV

Archamps (74) - 2014

Construction de 2 maisons mitoyennes en bois

Archamps (74-Haute Savoie)
Maîtrise d’ouvrage privée
Construction de trois maisons individuelles 245 m2 surface plancher
Montant des travaux 503 000 € HT

en savoir +fermer

Le terrain est situé sur les flans du Salève et offre une vue dégagée vers le lac Léman en contrebas. L’écriture architecturale respecte le style vernaculaire et contemporain local, la toiture à double pente, le débord de toiture, l'implantation le long de la route. Les maisons sont en ossature bois à isolation renforcée en laine de bois, chauffées par poëles à bois.

 

PARKING SILO DE LA PLAINE IMAGES

Roubaix (59) - 2014

Parking silo mutable de 392 places sur le site de la Plaine Images, l'Union, Roubaix.

Architecte mandataire: Agence De Alzua +

Architecte associé: EKOA

en savoir +fermer

Le parking silo est un projet conçu avec l’agence De Alzua+. Il s’inscrit au coeur du Pôle Images de la ZAC de l’Union à Roubaix, Tourcoing et Wattrelos, sur ancien site industriel en pleine mutation.

Les parkings silos sont des icônes de la problématique de la voiture en milieu urbain, et de la surface qu’elle occupe. Intégrée au programme, la mutabilité du bâtiment répond à la question du devenir de ces structures en milieu urbain, où la prépondérance de l’automobile comme moyen de déplacement tend à se réduire au profit des transports en commun.

La programmation par la SEM Ville Renouvelée, dans le cadre du projet urbain de l’Union, a intégré cette mutabilité du bâtiment, ainsi que des espaces de services liés à la mobilité (station de recharges électrique, point d’attente covoiturage, station de lavage écologique, stationnement vélos, etc.) , et  des services de conciergerie d’entreprise dédiée aux utilisateurs du site (relais colis et pressing, etc.).

La particularité de ce parking est sa reconversion possible en bureaux ou logements. Le projet est donc pensé comme une structure-réceptacle, laissant le champ des possibles ouvert à l’avenir par la démontabilité de certaines parties, révélant des volumes de dimensions réduites, ouvrant de nouvelles façades et faisant pénétrer la lumière au coeur du bâtiment. La faille verticale résultant de l’écartement des principaux volumes laisse la place à un espace piranésien provoquant des jeux d’ombres et de lumières, de reflets et de transparences, et de contraction / dilatation des espaces. Techniquement la mutabilité consiste en la découpe des parties de la structure en béton, la hauteur sous dalles est suffisante pour créer un plancher technique permettant de faire circuler les futurs réseaux, les escaliers sont dimensionnés pour pouvoir ajouter une marche  pour reprendre ce nouveau niveau du plancher, et les portes des circulations sont prévues pour pouvoir être remontées également. Les nouvelles façades viendront alors s’accrocher sur les nez des dalles pour fermer les bâtiments.

Archétype de structure en béton, le parking est support idéal d’une unité de production d’énergie photovoltaïque installée sur son dernier niveau.

Après avoir fait le concours avec l’agence De Alzua +, suivi les études, Nous avons pris en charge le chantier, apportant son lot d’adaptations. Pourtant, les principes architecturaux sont suffisamment forts pour que le projet garde son identité. La livraison a été faite en mars 2014.

LA FABRIQUE DE MEUBLES

Mons-en-Baroeul (59) - 2013

réhabilitation d'une ancienne fabrique de meubles en une agence d'architecture et un logement

Mons en Baroeul (59) - 182 m²
Maîtrise d’ouvrage privée
avec BLAU - Marie BLANCKAERT architecte
Phases: mission complète+OPC+ travaux de peinture
Montant des travaux : 160 000 € TTC
2013 - livraison 1er janvier 2014

en savoir +fermer

Derrière les enseignes et les doublages intérieurs, cet ancienne chais à vin de l’architecte Gabriel Pagnerre montrait de réelles qualités: un plan presque carré, deux sheds à 4 pentes, des refends en briques portant des poutres triangulées en acier sur toute la largeur du volume. Le potentiel était évident.

Le programme s’est précisé en fonction du bâtiment: d’abord libérer un espace extérieur. La parcelle étant entièrement bâtie, et la bande de fond de parcelle étant la plus basse sous toiture, la cour serait ouverte au fond. La surface restante permettait de faire un logement et notre atelier.

La hauteur sous poutres ne permettant pas de faire un étage circulant transversalement aux sheds, et les deux entités nécessitant un accès au façades sur rue et sur cour, le plan se trouva tout dessiné. L’atelier occupera la moitié nord au rez de chaussée, perpendiculairement à la rue, et l’étage en comble du shed sur rue, et vice-versa pour le logement. L’étage sera éclairé par la toiture, un grand chien assis sera créé

Les travaux commencèrent par le déshabillage complet du bâtiment. Sous les doublages, une charpente en fermettes sans pannes, des belles têtes de refends et poteaux, des reprises sur le bâtiment original pas très gracieuses, et une vieille enseigne peinte: Fabrique de Meubles.

Pendant le débit des travaux, de nombreux voisins se sont intéressés à ce que nous faisions. Nous avons ainsi découvert l’histoire complète du bâtiment, construit au début du siècle par Gabriel Pagnerre, architecte Monsois, il s’agissait alors d’un chai, qui devint ensuite une Fabrique de meubles, puis plus récemment il fut transformé en magasin de surgelés, et redevint un atelier de meubles.

FIRST PARK VAL DE VENCE

Charleville-Mezières (08) - 2012

Construction d’un bâtiments de bureaux pour Pôle Emploi

Charleville-Mezières (08-Ardennes) - 1400 m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Phases ESQ, APS, APD, Commercialisation, PRO, DCE, suivi architectural
Montant des travaux 2 M€ HT
livraison août 2012

en savoir +fermer

First Park Val de Vence a pour objet la réalisation d’un bâtiment de bureaux en R+1, destiné  à accueillir un site Pôle Emploi de 50 agents.
Situé dans le lotissement d’activités du Val de Vence, en périphérie de Charleville-Mézières, le bâtiment est implanté en coeur de parcelle, en relation directe avec son parc de stationnement.
Gardant la possibilité de divisibilité ultérieur, le bâtiment garde une esthétique assez neutre, étant probablement amené à héberger d’autres entreprises dans l’avenir.
Le bâtiment est de niveau BBC.

 

MAISON DE RETRAITE

Nédonchel (62) - 2012

Construction d’un EHPAD de 83 places

Nédonchel (62-Pas-de-Calais) - 6 237 m² SHON

Maîtrise d’ouvrage Maison de retraite de nédonchel

Equipe: De Alzua+ architecte mandataire, EKOA architecte associé, SOGETI BET TCE

Estimatif des travaux 8,380 M€ HT

2012 - projet classé deuxième.

en savoir +fermer

Le concours pour la maison de retraite fut l’occasion d’aborder des problématiques bien différentes des celles que nous avions déjà explorée, ce programme de lieu de vie, médicalisé, multipliait les difficulté techniques, qui ne devaient pas être pour autant les seuls vecteurs de projet.

Le programme de l’EHPAD de Nédonchel, un village de 220 habitants, dont 60 pensionnaires de la maison de retraite, était remarquable par son importance, sa capacité représentant le tiers de la population du village. Par son échelle, la maison de retraite s’assimile aux carrés de fermes et autres bâtiments agricoles de la région, entourés d’espaces végétalisés et fonctionnant autour de la cour.

 


Ce constat implique un plan de départ compact, qui est ensuite creusé et déformé pour l’adapter aux besoins du projet: apport d’air et de lumière au coeur du bâtiment par le jardin et les patios, décalages de volumes pour multiplier les points de vue vers l’extérieur et créer une volumétrie propre à exprimer le fonctionnement du bâtiment: entrée, sorties de secours, bandes de circulations.

 

Le bâtiment s’inscrit dans l’environnement architectural de Nédonchel en reprenant une écriture «sage», comprise par tous grâce aux toitures en pentes et à l’utilisation de teintes blanches et noires et de quelques touches de revêtement en bois. 

 


La typologie du bâtiment demande un soin tout particulier dans le traitement de l’aspect extérieur car il s’agit ici de retrouver le langage de la maison à une échelle bien plus grande.

De ce fait, la volonté est d’utiliser le vocabulaire de la maison appliquée à un édifice comprenant, certes du logement, mais aussi un grand nombre de lieux de vie différents.

 


Le dessin des façades visibles depuis l’extérieur participe  de la régularité de l’ensemble en utilisant les mêmes menuiseries pour chaque chambre. Pour autant, un paysage intérieur se dessine lorsque l’on entre dans l’établissement, les façades donnant sur les patios et les jardins intérieurs étant très largement ouvertes pour baigner de lumière tous les espaces communs.

 


Enfin, l’aspect visuel de l’ensemble bâti est fractionné par un jeu de toitures à double pentes de hauteurs différentes. Cela permet de lire cet établissement comme un ensemble de constructions juxtaposées dont chaque unité présente des dimensions à l’échelle de la composition architecturale du village. Depuis tout point de vue, la maison de retraite se révèle par plans successifs, tel un groupe de constructions rassemblées, à l’image d’un petit centre de village

FIRST MONTJOLY

Charleville-Mézières (08 (Ardennes)) - 2011-2012

Construction d'un immeuble de bureaux pour Pôle Emploi

 

1676 m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Phases ESQ, APS, APD, Commercialisation, PRO, DCE, suivi architectural
Montant des travaux 2,3 M€ HT
livraison août 2012

en savoir +fermer

First Montjoly a pour objet la réalisation d’un bâtiment de bureaux en R+2, BBC, destiné à accueillir des plateaux de bureaux tertiaires divisibles. Il est situé au centre ville de Charleville-Mézières, en limite du secteur sauvegardé, mais dans un tissu de constructions récentes, au bord du parking de la ZAC Montjoly.

Pôle-emploi se présenta comme locataire unique, dans le cadre du regroupement de ses locaux. L’immeuble de bureaux divisible devint alors un site Pôle Emploi de 50 agents et la Direction Territoriale des Ardennes, entraînant quelques modifications du projet. Celui-ci fut donc mené avec une double tête, le promoteur et le preneur, aux intérêts pas toujours convergents.

L’enjeu du projet était de concilier cette situation proche de la Place Ducale, et un rapport à des avoisinants récents et d‘échelle très différente. En accord avec l’Architecte des Bâtiments de France, le projet est de composition simple, et sa volumétrie fractionnée avec un étage attique en retrait et en matériaux naturels. Le bâtiment s’implante sur un site en pente, son  soubassement, en briques grises, absorbe la différence d’altitude du terrain. L’entrée et l’espace public de l’agence Pôle Emploi sont marqués par une légère rupture dans le dessin de la façade.

CITÉ SCOLAIRE EUGÈNE THOMAS

Le Quesnoy (59) - 2011

construction du collège, demi-pensions, administration du lycée de la Cité Scolaire Eugène Thomas - Projet Lauréat

Lauréat du Concours

Le Quesnoy (59-Nord) - 8 930 m² SU
Maîtrise d’ouvrage: Conseil Général du Nord & Région Nord-Pas de Calais
Architecte pour le concours au sein de l’équipe Otton-Sanchez architectes
Estimatif des travaux 28,958 M€ TTC
2011

en savoir +fermer

Le collège Eugène Thomas, sa section SEGPA et la demi-pension de la cité scolaire du même nom, sont voué à être démolis. Le collège doit être reconstruit sur un site voisin, tandis que la demi-pension et les locaux du lycée (accueil, administration, espaces polyvalents, foyer), sont reconstruits en place de l’ancien collège.

Inscrit dans le site classé de la forteresse de Le Quesnoy, l’architecture proposée vise à répondre à trois contraintes principales: un fonctionnement fluide et efficace, une relation architecturale entre les différentes entités du projet, et une relation soignée avec l’environnement de ce nouvel équipement.

DERRIÈRE LA FAÇADE

Hautmont (59) - 2011

Résidence personnes agées - 24 logements

Hautmont (59-Nord) - 1 691m² SHON
Maîtrise d’ouvrage publique
Concours gagné - Mission complète
Montant des travaux 2,67 M€ HT
Architecte pour l’agence De Alzua+
2007/2011

en savoir +fermer

Par une heureuse circonstance, Nous avons été contactés par Jérôme De Alzua pour participer en tant que sous traitant collaborateur au concours en PPP pour le projet ANRU sur la ville de Hautmont.

Le projet se situe dans un tissu de maisons en bandes de centre ville, son programme prévoyait la démolition des maisons existantes, fort délabrées, mais conservait une façade «art-déco», pour y construire 24 logements, dont 16 collectifs.
Si pour des questions de coût (les études de sol réservent bien des surprises!), les 8 logements individuels sont redevenus collectifs, le travail de composition avec la façade existante parvint heureusement à être conservé.
Nous avons dessiné un bâtiment très sobre, un seul volume de brique rouge se glissant derrière la façade conservée, avec un événement en bardage bois marquant les espace communs. Au rez de chaussée, une galerie met à distance l’espace public de la ville et celui plus privé du hall.
Le soubassement en façade retourne sur l’angle pour former une clôture en escaliers soulignant la pente.
A l’arrière, le dénivelé du terrain offre des vues vers le paysage lointain. Le bâtiment y est marqué par deux redents, permettant de faire varier les formes et orientations des logements, de leur offrir des vues plus variées.

Ce projet, mené de bout en bout, des études au chantier, fut par ses aléas un exercice d’adaptation constante, passionnant par le travail de dessin tout en finesse d'éléments des façade à reconstituer.

LE JACQUARD

Roubaix (59) - 2009

Réhabilitation d'une ancienne filaterie en immeuble de bureaux sur la Plaine Images à Roubaix

Roubaix (59-Nord) - ZAC de l’union - 3 335 m² SHON + parking  en sous-sol existant
Maîtrise d’ouvrage privée
Phases ESQ, APS, APD, PRO, DCE
Montant des travaux 2 M€ HT
2007/2009

en savoir +fermer

Le bâtiment des Jacquards, dit des cartons, se situe sur l’ancienne friche Vanoutryve, Pôle d’Excellence de l’Union destiné à l’Image, la Culture et les Médias.

Le projet consiste en la réhabilitation du bâtiment, la création d’un hangar de stationnement et la création d’édicule et greffes permettant de gérer les accès. 
Découvert en friche, quelques vieux métiers à tisser traînant encore sur les planchers à l’abandon, Les Jacquards dégageait l’impression d’attendre son devenir, comme si temps s’y était juste arrêté provisoirement.

Le Jacquard était premier bâtiment rénové à neuf par une maîtrise d’ouvrage privée sur la Plaine Images, cristallisant ainsi l’attention des divers intervenants concernés par ce projet: l’aménageur, l’architecte conseil-urbaniste de la Plaine Images et l’Architecte des Bâtiments de France notamment.
Le premier travail fut de faire réaliser au client le budget d’une telle opération. Le second fut de parvenir à réconcilier chacun dans un projet. 
Il ressortit un dessin très simple, en restaurant ce qui pouvait l’être, et surtout en intervenant de manière visible ponctuellement, la ou le projet le nécessitait le plus. Là, la sortie de toiture à créer fut l’occasion d’une greffe faisant écho aux excroissances sur les toits des bâtiments principaux de l’îlot Vanoutryve. Ici, un hangar démoli et reconstruit permettrai la livraison et le stationnement pour l’entreprise de matériel de scène qui allait s’installer.

Le language architectural de la transformation est construit par des volumes opaques, géométries simplement déformées, contrastant avec les larges ouvertures des façades et la trame rigide du bâtiment original. 

A.P.S.A.

Lens (62) - 2009

constructions des bureaux de l'Association Pour la Solidarité Active: réhabilitation et extension d'un ancien presbytère

Lens (62-Pas de Calais) - 420 m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Mission complète + OPC
Montant des travaux 410 000 € HT
Livraison août 2009

en savoir +fermer

L’Association Pour la Solidarité Active est une association d’accueil d’urgence et de réinsertion sociale par différents corps de métier, dont la maçonnerie et le second oeuvre.

L’APSA devait réimplanter l’ensemble de ses bureaux sur le site de l’ancien presbytère, où se trouvaient déjà les locaux du G.E.R.F.A, son pôle formation.
Le programme était donc la création de bureaux, en partie dans le presbytère réaménagé, et d’autre part dans un bâtiment neuf. Les travaux ont été exécutés par des entreprises pour les lots les plus importants ou les plus techniques (gros oeuvre, VRD, plomberie et électricité). Le reste a été réalisé par les équipes en formation accompagnées de formateurs de l’APSA.

Le projet fut également réalisé en association avec le Chênelet, communauté qui à travers plusieurs filières aide à la l’insertion de personnes en difficultés. La filière bois a participé à la mise en oeuvre du projet. Cette entreprise, spécialisée dans la construction HQE a développé des principes constructifs de charpente en plancher lamellé-cloué qui ont étés intégrés à la conception du bâtiment. Le Chênelet fait couper les bois dans le boulonais, et les fait sécher, les débites, puis fabrique les structures dessinées par son bureau d’études intégré, et les monte sur le chantier.

MAISON A LAMBERSART

Lambersart (59) - 2008

transformation - extension d'une maison de tête de cité à Lambersart

Lambersart (59-Nord) - 126 m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Mission complète + OPC
Montant des travaux 100 000 € TTC
2007/2008

en savoir +fermer

Nous avons été contactés par le propriétaire de cette remarquable maison de tête d’une cité de logements ouvriers de Lambersart, il souhaitait agrandir sa maison sur le jardin adjacent, et remanier le fonctionnement intérieur. Le séjour et la cuisine étant disposé à l’étage, il convenait de les repositionner dans l’extension, pour ne garder que le salon à l’étage. Le séjour créé est un volume en ossature bois, couvert d’une toiture terrasse végétalisée accessible depuis l’étage pour conserver un espace extérieur.

Le projet est l’occasion d’un travail sur le socle du bâtiment, une intervention ancienne ayant sévèrement endommagé l’ordonnancement de la façade. La cohérence entre les étages existants, le rez-de-chaussée et l’extension est faite par l’emploi de briques blanches en bandeaux rappelant les modénatures originales, sur un fond de briques grises unifiant le rez-de-chaussée.
Sur l’arrière, l’extension est implantée en limite de propriété. Une baie sur toute la largeur est disposée en hauteur ammener de la lumière malgré l’impossibilité d’ouvrir des vues directes sur le jardin voisin. L’ouverture est orientée vers le ciel par un retrait de la terrasse située au dessus.
Sur l’avant, les baies sont mises en retrait , à l'image des baies de l'existant.

Le chantier été assuré par un artisan, qui exécutant tous les lots, a permis une réalisation soignée et cohérente, la difficulté du projet résidant dans l’ajustement des éléments de projet avec les modénatures existantes.

MAISON DE L'UNION

Roubaix (59) - 2008

Maison du Projet de l'Union

concours, projet classé second.
Roubaix (59-Nord) - Appel d’offres sur esquisse
Maîtrise d’ouvrage SEM Ville Renouvelée
BET TCE-Economiste: ETR Ingénierie / B.E.T. HQE: TRIBU Marc Toutin
images: Simon Clause
Concours - placé second.
Estimatif des travaux 350 000 € HT
2008

en savoir +fermer

La ZAC de l’union est un morceau de ville en cours de renouvellement urbain. Situé au carrefour des deux grands axes du site de 80 ha, la maison de l’union est un pavillon d’exposition destiné à devenir l’emblème en terme d’image et  en matière de développement durable de ce futur éco-quartier.

Pour parvenir aux exigences d’un bâtiment passif ont été retenus les principes suivants: orientation bioclimatique, serre de préchauffage solaire, ossature bois à structure composite bois/fibres de bois compressées, isolation ouate de cellulose, toitures végétalisées, ventilation double flux à récupération de chaleur, puits canadien, utilisation de matériaux recyclables.

LES CHALETS DE LA CASCADE

Le Grand Bornand (74 - Haute-Savoie) - 2006

3 chalets en madriers de bois massif au Grand Bornand

Le Grand Bornand (74) - 2 x 120 m² et 200m² SHON
Maîtrise d’ouvrage privée
Architecte conception: Atelier BWY (69)
Mission EXE / Suivi des travaux + OPC
Montant des travaux : 1 350 000 € TTC
2004-2006

en savoir +fermer

Les chalets de la Cascade sont construits selon caractéristiques de l’architecture locale en madriers empilés sur un soubassement maçonné. La couverture est en tavaillons, l’isolation en laine de chanvre et les doublages intérieurs en bois. La technique employée demande la maîtrise des assemblages en bois, l'ensemble de la charpente, des doublages intérieurs et des menuiseries étant installés sur coulisses pour supporter le tassement important de la structure durant les premières années, lié à cette technique constructive.

 

PUBLICATION LILLE DESIGN PAPER n°3

Métropole Européenne de Lille (Nord) - 2017

La Maison du Projet de la Lainière est présentée dans le Magazine Lille Design Paper, édité pour le titre World Design Capital 2020 par la Métropole Européenne de Lille.
 
 

 

en savoir +

MAISON DU PROJET DE LA LAINIÈRE

Wattrelos/Roubaix (59) - 2016

Premier bâtiment en France contruit en démarche Cradle to Cradle (C2C inspired®) - économie circulaire à impact positif

 

en savoir +

UEHC DE BÉTHUNE

Béthune (62) - 2017

Démolition/reconstruction de l'Unité Éducative d'Hébergement Collectif de Béthune

en savoir +

GROUPE SCOLAIRE CLAUDE BERNARD

Villeneuve d'Ascq (59) - 2017

Concours pour la création d'un Groupe scolaire de 13 classes et restaurant scolaire (Lauréat)

en savoir +

MÉDIATHÈQUE DE AUCHY-LEZ-ORCHIES

Auchy-lez-Orchies (59) - 2016

Construction d’une médiathèque de 220m2

en savoir +

LILLE QUARTIERS ANCIENS

Lille (59) - 2011-2016

Marché cadre de réhabilitation d'habitat vétuste

en savoir +

PRIX - PUBLICATIONS

* (*) - 2004-2017

publications presse et web

en savoir +

EXPOSITION REVER(CITÉS)

Paris (Île-de-France) - 2016

La Maison du Projet de la Lainière est présentée dans le cadre de l'exposition "Réver(cités), villes recyclables et résilientes" à la Cité de l'Architecture et du Patrimoine à Paris, du 12 octobre au 04 décembre 2016.

 

en savoir +

CENTRE D’ENTRETIEN ROUTIER

Trélon (59) - 2015

CER de TRELON

en savoir +

CITÉ DE LA PERCHE

Montigny-en-Gohelle (62) - 2015

étude de faisabilité de renouvellement urbain

en savoir +

MAISONS MV

Archamps (74) - 2014

Construction de 2 maisons mitoyennes en bois

en savoir +

PARKING SILO DE LA PLAINE IMAGES

Roubaix (59) - 2014

Parking silo mutable de 392 places sur le site de la Plaine Images, l'Union, Roubaix.

en savoir +

LA FABRIQUE DE MEUBLES

Mons-en-Baroeul (59) - 2013

réhabilitation d'une ancienne fabrique de meubles en une agence d'architecture et un logement

en savoir +

FIRST PARK VAL DE VENCE

Charleville-Mezières (08) - 2012

Construction d’un bâtiments de bureaux pour Pôle Emploi

en savoir +

MAISON DE RETRAITE

Nédonchel (62) - 2012

Construction d’un EHPAD de 83 places

en savoir +

FIRST MONTJOLY

Charleville-Mézières (08 (Ardennes)) - 2011-2012

Construction d'un immeuble de bureaux pour Pôle Emploi

 

en savoir +

CITÉ SCOLAIRE EUGÈNE THOMAS

Le Quesnoy (59) - 2011

construction du collège, demi-pensions, administration du lycée de la Cité Scolaire Eugène Thomas - Projet Lauréat

en savoir +

DERRIÈRE LA FAÇADE

Hautmont (59) - 2011

Résidence personnes agées - 24 logements

en savoir +

LE JACQUARD

Roubaix (59) - 2009

Réhabilitation d'une ancienne filaterie en immeuble de bureaux sur la Plaine Images à Roubaix

en savoir +

A.P.S.A.

Lens (62) - 2009

constructions des bureaux de l'Association Pour la Solidarité Active: réhabilitation et extension d'un ancien presbytère

en savoir +

MAISON A LAMBERSART

Lambersart (59) - 2008

transformation - extension d'une maison de tête de cité à Lambersart

en savoir +

MAISON DE L'UNION

Roubaix (59) - 2008

Maison du Projet de l'Union

en savoir +

LES CHALETS DE LA CASCADE

Le Grand Bornand (74 - Haute-Savoie) - 2006

3 chalets en madriers de bois massif au Grand Bornand

en savoir +